Jour 75



En réalité, D et moi, nous ne nous sommes pas vus depuis cinq jours.
J'ai mal réagit à la demande, j'ai juste pas su quoi répondre.
ça fait maintenant près de 6 mois que nous nous sommes "posés". Je me retrouve dans ce calme, je me sens sereine et calme, mais en faire toute ma vie?
Je suis une fille passionnée, j'ai besoin d'émotions pour créer.
Etre en couple, ce n'est pas vraiment vivre une passion. C'est vivre tout simplement. L'amour est tellement au rendez vous, qu'on en oublie de ce le dire. Il est tellement là qu'on en oublie sa simple existence.
La séduction n'est plus un jeu, elle s'efface...s'estompe et laisse place à la pantouflerie.
"Chérie? On sort dîner? et on rentre se coucher?"
"Oui, mais on tarde pas mon coeur, je travaille tôt le matin."
Mademoiselle, ne s'habille plus aussi sexy et n'essaie pas de couper le souffle à monsieur, comme il dort tous les soirs près d'elle, l'engouement est moindre, le désir est atténué et le sexe est en procrastination totale. Tout cela est bien trop calme pour moi.
J'ai paniqué... Je l'aime à m'en couper les veines... Je le désire à en faire 40 de fièvre... Je ne veux me faire belle que pour lui. Je veux toujours avoir ce regard entre l'amoureux et le lubrique, quand je suis invitée à passer un moment avec mon homme et chaque fois que l'occasion se présente et non reporter pour cause de pyjama en pilou et grosse chaussettes tue l'amour au lit... Je ne veux pas que ma passion pour D. sois bouffée par la routine.

Quand il m'a rappelée, après que j'ai trouvé la boîte, je n'ai pas répondu. Une fois, deux fois... et même cinq fois.

Il m'a envoyé des sms, et j'ai fini par répondre tard dans la nuit: "j'ai reçu la boite, laisse moi digérer ton petit mot".
Il m'a juste répondu: "tant que t'es en vie, take your time".

J'ai passé mon week end à la salle de sport, à réfléchir sur le tapis de course. Réfléchir à quoi?
Si je préfère ce calme aux tumultes et tempêtes qui ont précédé... et finalement, je préfère la tempête, car le calme m'ennuie et me fais perdre mes moyens et mes quelques acquis.

Je n'ai pas un seul ami à qui je pourrais en parler, voilà des mois et des mois que je ne suis pas sortie et que je n'ai vu personne, sauf quand c'était nécessaire.

Il me manque comme pas possible. Je l'appelle, il me répond:
"Oui, bébé..."
"Oui, salut, je cherche un ami pour la soirée... tu veux bien?"
"Heu... oui, qu'est ce que tu veux faire?"
"Aller au ciné, y a la source des femmes... et puis, dîner et parler à un ami"
"Tu t'occupes de tout?"
"Je veux bien..."
"Alors tu me communiqueras l'horaire de la séance et on se retrouve au ciné".
"Ok"
(silence)
"Je t'aime ma puce, ... Je t'adore"
Je raccroche...
Je l'aime aussi... Je l'adore.

Read More