vendredi, septembre 30, 2011

Jour 71



Accompagner la lecture d'un morceau de musique

L’été a été formellement différent cette année. Pas de soirée folle, pas de week ends qui commencent le jeudi et se terminent lundi à 11h. J’ai passé l’été au calme.
D. et moi sommes officiellement ensemble. Je l’ai annoncé, mais ne me suis pas exprimée sur le sujet. Tétanisée par l’engagement, j’ai eu besoin qu’il témoigne son attachement à ma personne  à maintes et maintes reprises et de la complémentarité de sa personnalité avec la mienne. Il m’apporte le calme et la confiance nécessaire pour que je n’ai plus envie de me surpasser tout le temps.
Par rapport à mes projets professionnels, Samuel ne s’est pas manifesté pendant quelques jours, mais les obligations du projet en cours l’ont contraint à prendre contact avec moi. Entretemps, D. m’avait convaincue d’en parler avec mes parents et d’être conseillée pour le recours dans une situation de mésentente entre deux associés. Heureusement, tout le travail effectué jusque là, n’impliquait qu’une faible part financière de ma part, j’ai plutôt contribué par des contacts et des efforts physiques de prospections et commerciaux. C’est tout bénef’ pour ma formation. Je n’ai rien perdu.
Mon père l’a plutôt bien pris et m’a quand même fait un peu la morale au sujet de mes prises de décisions sans consultation, il met ça sur le compte de l’immaturité et d’une rébellion qui n’en finit pas.  Mais il me voyait tellement sereine pendant la discussion qu’il m’a conseillée comme un père l’aurait fait avec sa fille, et de ce fait, j’ai décidé de continuer à travailler dans la boîte où je suis employée, jusqu’à mettre sur pied un petit projet qui me tient à cœur, dès que la situation au pays sera plus stable.
Ma mère, en vraie lionne, a bien fait comprendre à Samuel qu’elle était au courant d’une infime partie de l’histoire, mais que ça ne l’empêchait pas d’être en colère après lui. D’ailleurs, cet été, lui qui jusqu’alors été revenu au rang des amis proches de la famille, n’a pas montré le bout de son petit nez.
Les affaires ont été vite réglées et j’ai gardé quelques vestiges du projet commun qui pourront sûrement me servir plus tard.
Mais j’ai reçu un message de Sam que je publierais ultérieurement. Une lettre qui explique sa vision et qui attend en réponse la mienne. Au point où j’en suis, je ne pense pas que j’aurais l’envie ou juste l’intérêt de répondre. M’ayant tout de même touchée, ce message finira dans ma prochaine boîte à brûler.
Dans notre jeu (dangereux) de séduction, D. et moi étions comme des jeunes félins indomptables, aujourd’hui nous sommes en train de roucouler... s’en est presque écœurant... : D
Notre relation s’est trouvée en place à l’instant même où nous avons bien voulu la reconnaître officiellement. Je l’aime et je le lui ai dis, je le sens à chacun de mes battements de cœur. Je ne savais pas qu’il était si bon d’avancer et de construire à deux.
Beaucoup de gens de mon (ex)-entourage pensent que je n’habite plus Tunis. La rumeur circule d’ailleurs ayant complètement disparu de la vie « Tunis by night ». J’ai arrêté de sortir depuis belle lurette. Quand je parle de « sortie », c’est celle où on devient des habitués... Je me rappelle encore de cette période tellement Speed, qu’aujourd’hui, je me demande comment j’ai pu tenir. Je bossais toute la journée jusqu’aux alentours de 19h, je me changeais et courais à la salle de sport ( à l’époque j’étais encore à California Gym, au Lac, l’antre de la drague After work, l’usine à Gossip à deux balles, le meilleur repère à Cougar et enfin le Speed Dating- entre 20 min sur le tapis de course et le début du cours d’RPM -pour se trouver un plan Q facile. ) Je restais à la salle de sport jusqu’à la fermeture où aux alentours de 21h30, je sirotais un jus d’orange frais en attendant de « refroidir ». J’étais plutôt le genre actif mais silencieux. Je ne parlais à personne sauf aux personnes que je connaissais dans la vraie vie.
Je file chez moi prendre une douche et m’habiller Glam Rock (c’était mon style de l’époque) pour filer à la soirée du Mardi et du Jeudi,  parfois le Vendredi (si on n’est pas à la soirée Rock du Boeuffy) et toutes les autres d’ailleurs à La Closerie.  Oui, je sais j’ai rien avalé... depuis la salade de midi à la Terrass’. Mais j’étais bien trop occupée pour ressentir la faim. Je suivais généralement mes « amis » qui ne s’ennuyait jamais de ces endroits là et qui avait toujours un plan « B » au cas où, l’ambiance n’était pas assez « lounge », le DJ n’était pas à notre goût ou encore si on ne se sentait pas « entre nous » (connaître tous les gens qui nous entourent- même classe sociale).
En général, la semaine, j’étais chez moi aux alentours de 1 heure du mat’ et le week end on rentrait le lendemain après les afters chez l’un ou chez l’autre. Cette vie à bien du durer un an. Heureusement que je ne suis pas une buveuse parce qu’aujourd’hui je  serais une épave toujours en Jet Lag par rapport à sa vie.
Ce sont tous ces gens qui faisait mes jours... ou plutôt mes nuits (les « amis ») qui ne me voyant plus... se demandent si je n’ai pas emménagé dans un autre pays.
En parlant d’amis, je n’en n’ai plus tant que ça depuis que je n’entretiens pas les relations. J’ai bien ma meilleure amie (Yasmine) qui a toujours été là. Mais elle n’est pas très active et pas très présente sur ce blog, car la période où j’ai pété ce plomb, elle ne cautionnait pas tellement et elle a donc préféré prendre ses distances. Elle est littéralement différente de moi, conventionnelle, pieuse, casanière, confiante en la vie, travailleuse et ambitieuse, oui... mais pas en colère comme je l’étais, elle est la fille de sa maman et adore passer du temps en famille. Elle n’a jamais goûté une goutte d’alcool et n’est jamais en retard à ses rendez vous de prière. Elle n’a jamais foutu les pieds dans une boîte de nuit et les jeux de séductions (malsains) ne la tentent pas du tout. Bref, voilà 10 ans que chacune mets de l’eau dans le vin de l’autre... et chacune sers de garde-fou à l’autre pour qu’elle n’aille pas vers l’extrême.
Rania était notre 3ème,  sa grossesse nous a un petit peu éparpillée. Yasmine n’a pas pu accepter que son amie fasse le choix de garder, un enfant conçu fel 7ram (dans le pêché) pour en faire une victime. Elle a pris ses distances vis-à-vis de Rania et moi, car nous habitions ensemble. Rania ne supporte pas la critique et n’a pas pu tolérer les regards réprobateurs de Yasmine. On ne se réunissait plus à trois. Je faisais des deux à deux et ça devenait pénible pour moi, qui me sentais écartelée entre les deux. La vie à voulu que Yasmine prenne ses distances voyant comment je me foutais complètement en l’air... Je l’appelais de temps en temps, pour passer chez ses parents... pleurer un coup, elle ne me jetait jamais. Je ne parlais pas d’elle car je pensais que si elle lisait le blog, elle ne l’apprécierait pas. Aujourd’hui, nous nous sommes de nouveau aussi proches que nous l’avons toujours été, je me permets de lui rendre hommage.
Rania a eu son bébé, c’est un petit garçon qu’elle a appelé « Selim », qu’elle élève avec le meilleur ami du défunt (le père du bébé, dont Rania était la maîtresse, est décédé d’une crise cardiaque...). On est en contact par FB, par BBM. Je reçois quotidiennement des photos et je suis heureuse qu’elle fasse de nouveau partie de ma vie même à distance. Elle va venir en Décembre pour se marier avec son compagnon, à la grande joie de sa maman et repartir vivre en France sans cacher leur histoire un peu particulière.

Les autres « amis », ceux de la nuit... On se croise de temps en temps dans les soirées et j’ai le droit à leurs regards qui disent « lâcheuse ». Je les ai lâchés parce que je n’ai plus peur de rester seule, parce que j’ai sommeil à partir de 22h et je n’ai plus aucun mal à dormir, je n’ai plus besoin de plaire à tout prix, ni de séduire pour me faire valoir à mes yeux, je n’ai plus besoin d’être exposée à de la musique pour ne pas m’entendre penser... Je vais bien.

4 Avis sur ma vie:

kikou a dit…

un bravo à D pr sa suggestion (en parler aux parents), la meilleure des tactiques!
sinon contente que tu retombes sur tes pattes :)

30 septembre 2011 à 19:12
Ines a dit…

Je suis trop contente pour toi mimi, et merci pour tout le plaisir que tu nous donnes en te lisant.

1 octobre 2011 à 00:16
rima a dit…

mais ou t es passé mimi, après tous ce qui se passe tu as surement kke chose a nous dire,j ai besoin de te lire..

26 octobre 2011 à 08:55
psynaj a dit…

cool :)
je continue à lire :p

6 janvier 2012 à 16:12