mardi, mai 31, 2011

Jour 65 (Part II)


Accompagner la lecture d'un morceau de musique

Extrait de Part I

On est tous les deux silencieux... Je sens qu’il a envie de me prendre la main, mais mes mains sont trop loin, je les garde loin pour éviter que l’assistance se fasse des idées, et que le concerné également, ne s’en fasse pas. Il me pose l’ultime question.

« Mimi, t’es aspirations ont changé... qu’attends tu désormais de la vie... »

Je m’apprêtais à répondre, en ayant ce sourire triste... quand il me recoupe la parole. « Qu’attendais-tu avant ? »

« Avant... l’autodestruction... Ne me demande pas pourquoi... Je ne sais pas moi-même. »

Part II

« Avec moi ? »

« Pas seulement, ..., avant j’étais cette fille normale, superficielle et méchante... Folle amoureuse du mec qui en apparence était parfait... mais qui m’a fait beaucoup de mal, en me rabaissant, m’humiliant et me dénigrant dans l’intimité. En public, j’étais une reine, et toutes les filles m’enviaient...Mais j’étais horriblement malheureuse sauf qu’amoureuse... Il était mon oxygène et j’étais trop « into him » pour me rendre compte qu’il avait une emprise totale sur ma personne. L’amour peut rendre con par le fait qu’à sens unique, il soit si excitant... Il ne m’aimait pas, enfin je crois... Ce n’était pas moi, mais je pense que c’est pathologique, il est incapable d’aimer... Il adulait jusqu’à avoir la chose qu’il voulait et une fois en main, il l’utilisait pour se valoriser et dès qu’il est seul, à l’abri des regards, pour s’assurer de son pouvoir, il lui rappelait qu’il avait la possibilité de la casser, puisqu’elle était à lui. Mais une fois qu’il m’avait eue... c’est le cas de me dire, il m’a piégée avec son masque de « bachelor of the year» et en dessous c’était un vrai psychopathe. Il m’a connue, je me haïssais, et c’est pour ça qu’il m’a choisie, et en prétendant, qu’il m’acceptait telle que j’étais et qu’il me sortirait de là. Sauf qu’il a fait le contraire, s’assurant que je n’avais aucune estime pour moi-même, il a fait en sorte que je me haïsse encore plus, et sans témoins. J’ai appris à me venger de moi-même à travers ce qu’il m’infligeait...Je sentais que mon état empirait mais je n’arrivais pas à me défaire de lui. Il me faisait croire que je le poussais à m’infliger ça.

(Silence, il ne peut pas décrocher de mes lèvres, je le sens surpris, curieux et triste)

Tu me diras, pourquoi tu le croyais ? Je te dirais simplement... J’étais jeune et fragile et j’ai toujours pensé qu’un couple, c’est par définition chaotique, je pensais que l’amour c’est de la souffrance. Heureusement, la vie m’a retirée des griffes du prédateur : On a eu un accident de voiture et on a tué un enfant... Après cet incident, il fallait qu’on se sépare, la tragédie était trop difficile à vivre, il allait trouver un moyen de me détruire pour se déculpabiliser, et j’étais assez détruite comme ça. Quand j’ai réalisé ce qui venait d’arriver... j’ai compris que je le haïssais, qu’il n’était qu’un bourreau et que la vie est cruelle, malheureuse pour malheureuse, j’aurais du mal mais je le quitterais. Et c’est ce que j’ai fais. Aujourd’hui, il est marié à celle qui fut une de mes meilleures amies d’enfance et qui était avec nous lors de l’accident, il voulait me punir de ne pas l’avoir soutenu comme elle l’a fait.

Je te raconte ça, pour moi, c’est loin derrière, je suis sortie de l’emprise de mon bourreau... Le traumatisme est toujours là, je le sens, il a d’ailleurs conditionné ma vie sentimentale... J’ai été incapable d’aimer, j’ai manipulé les hommes à foison pour toujours garder le contrôle sur la situation et je les ai jetés dès que je me sentais en danger... »

Je me tais, je suis fatiguée et j’aimerais reprendre mon souffle mais j’étais bien sur ma lancée, il fallait que j’arrive droit au but.

« Alors tout s’explique... »

« Non, justement... J’ai aimé quelqu’un par pur narcissisme, parce que je pense qu’il m’a aimé le premier et que je trouvais ça élogieux. Mais l’amour que j’avais pour lui me donnait des hallucinations, je voyais le mal partout. Reflexe pavlovien de par mon vécu. Je l’ai maltraité, repoussé, limite insulté... je le regrette, il ne le méritait pas et c’est pour ça que je suis là ce soir. »

Ces yeux se sont éclairés, ..., très vite j’ai compris qu’il pensait que je parlais de lui. Il avait cette mine ravie par pur égo et à la fois effrayé de peur d’avoir à gérer une situation inattendue et pas forcément plaisante, il avait cette tête de celui qui devait trouver une explication très vite pour ne pas me froisser.

« Tu sais, je suis venue pour régler cette situation, un peu ambigüe, dont il est au courant... parce que j’ai envie d’essuyer mes échecs et de tenter le coup une ultime fois, avec quelqu’un qui a fait ses preuves avec moi... La solitude me tue à petit feu, et humainement, je régresse chaque jour.»


Il était à la fois rassuré et déçu... Un temps de silence gênant s’impose entre nous.

« Je comprends... »

Je le regarde les yeux embués « Tu n’en as pas marre d’être seul, toi qui sait si bien t’occuper des autres ? Tu n’as pas envie d’avoir quelqu’un à chouchouter, et quelqu’un qui te le rendrait ? »

« Si... Je suis humain...mais un humain qui ne croit pas à l’amour inconditionnel entre un homme et une femme... Je crois à l’amour, celui d’un enfant. Je veux avoir un enfant... C’est tout ce que je veux d’une femme. La vie m’a appris que le max que tu peux attendre auprès d’une femme, c’est neuf mois de grossesse...et de récupérer ton enfant... et de te tirer très loin.»

Il était déconfit... D’une tristesse infinie...Je ne savais pas quoi dire...


« Toi ? Tu veux être Papa ?... Avec la vie que tu mènes ? »


« La vie de nuit... Tu connais le dicton « La nuit tous les chats sont gris ? »... J’en ferais ma version, « La nuit tous les hommes sont trahis »... Quand à 40 ans, tu fais tjrs la tournée des bars, tu te fous en l’air et tu rentres avec une fille tous les soirs... c’est que tu es vraiment au fond du trou. Puisque tu t’es confiée à moi, je vais le faire aussi... Je ne t’ai pas aimée, et ce n’est pas du tout une relation, d’aucune sorte de relation, même pas d’amitié que je voulais avec toi. Mais ta jeunesse, ta fraîcheur et ton côté en manque d’affection qui m’ont donné envie de te protéger... et de te traiter comme ma petite fille, puisque je te connais depuis que tu es une gamine. Mais quand tu es un vieux loup, tu le restes pour toujours, les perversions que la nuit m’a apprises ont resurgi... Une magnifique jeune « femme » est dans mon lit. Je ne me suis jamais autant détesté que le jour où j’ai cédé, pourtant j’ai essayé de résister, mais tu es... Pour me lier avec toi, et d’ailleurs je ne sais pas pour quels aspects je veux à tous prix me lier à toi... ni l’amour, ni le sexe... Que je n’ai pas du tout aimé, je me suis senti à la limite de l’inceste. Mais j’étais pris d’un sentiment étrange, il y avait bien longtemps que je n’avais pas senti de l’attachement pour quelque chose, pour quelqu’un... Je t’assure Mimi, ce n’était que de l’affection... Tu es la seule personne pour qui j’aurais ouvert mon cœur, je veux juste t’avoir dans ma vie, comme une personne chère à mes yeux. »


Je ne rebondis pas sur les dernières phrases... J’avais l’impression qu’il était sincère, mais je connais le grand manipulateur qu’il est... alors je ne me suis pas laissée avoir, même pas par le doute.


« Qui t’a trahi homme de la nuit ? »

« Une femme, celle dont je t’ai parlé à Paris, la tunisienne dont les parents ont refusé le mariage parce que je suis juif... »

« C’est un chagrin d’amour, une rupture douloureuse, pas vraiment une trahison... »

« Non, tu ne sais pas tout... Elle était bien en couple avec moi, jusqu’à ce qu’elle tombe malencontreusement enceinte... ça a été l’élément déclencheur pour annoncer à la famille... Elle était prête à tout, même à partir vivre à Paris, le temps d’accoucher s’ils n’acceptaient pas... »

Il baisse les yeux, je suis curieuse de connaître la chute, je sais pas pourquoi... Je m’attends au pire, j’ai tjrs senti que c’était un homme détruit. « Et... »

« Elle me demande de repartir, le temps d’annoncer la nouvelle aux parents, elle m’avait dit « Je leur dis que je suis enceinte de mon futur mari, ils devront l’accepter... sinon, on viendra vivre avec toi, le bébé et moi... Pour leur laisser le temps d’accepter l’idée » Elle avait l’air si ferme pourtant... et déterminée. Je suis partie et elle n’a jamais plus décroché le téléphone... ni répondu par aucun moyen... »

« Et le bébé ? »

« Elle a avorté... sans même me le demander»

« Tu ne l’as plus jamais revue ? »

« Si... au bout de quelques semaines, je suis redescendu à Tunis... pour comprendre, j’ai été viré par ses parents de chez eux un bon nombre de fois... Comme une loque humaine, j’attendais devant chez elle...elle ne sortait pas... mais un jour elle a du sortir... et tu sais ce qu’elle m’a dit, les yeux dans les yeux, ..., « Tu as été la source de tous mes ennuis, je l’ai tué le bébé, il n’y a pas de bébé, il n’y en aura jamais... » Voilà... Tu sais tout... »

« C’est triste... C’est affreux même. »

« Bon, je n’aime pas les histoires tristes, tout ce que je veux de la vie c’est un enfant... et maintenant tu sais pourquoi»

J’explose de rire pour détendre l'atmosphère... « Je peux rien faire pour toi. »

« Et toi tes plans ? »

« Ben, après ce dîner je vais essayer de m’installer dans une petite vie pépère, boulot avec toi et essayer de me ranger avec ce mec qui a l’air sincèrement gentil. »

« J’ai envie d’une chose pour clôturer ce dossier et devenir de simple partenaires comme tu le dis si bien autour de toi... et je l’exige... »

« N’exige rien de moi, je n’aime pas ça... Mais dis toujours. » (ironique mais ferme)

« Tu n’as pas été à ce week end en château... »

« Non, mais je te vois venir... »

« C’est pour deux,..., les deux peuvent être amis... Ne mettons pas de date, mais promet moi, qu’un jour nous irons ensemble... en tout bien tout honneur ?!»

« Je ne te promet rien... Je me prépare à faire de grands changements dans ma vie, mais pourquoi pas ? Si l’occasion se présente ? ... Laisse moi juste y aller étape par étape.» (Sourire cordial)

« Non, Mimi, je veux un engagement aussi ferme que le contrat d’association que nous avons signé... ce n’est pas une plaisanterie » (il a pris un air sérieux... effrayant...)

« Comment ça ce n’est pas une plaisanterie et pourquoi tu le dis sur ce ton si... sérieux ? »

« Parce que je le suis, ce projet je l’ai fait pour retrouver une part de Tunisie et être proche de toi et de ta famille... Il ne m’intéresse pas plus que ça.»

« Ben oui, mais en quoi ce week end est si nécessaire...

« Ça me ferait plaisir... »

« J’essaierais de te faire plaisir, si je peux... »

« Tu t’arrangeras pour pouvoir, si tu tiens toujours à ton projet... »

"Tu me menaces de tout laisser tomber?"


C’était la phrase de trop, ça faisait cinq bonnes minutes que je me demandais s’il était sérieux, et je vois que « oui, il est prêt à laisser tomber des jours et des nuits de travail pour week end en "tout bien tout honneur" »... Il est malade ? De me menacer avec le projet ?... D’annuler si je ne pars pas en week end ?


Je ne sais plus quoi penser, j’ai les larmes aux yeux, je sens que je vais pleurer de colère et de frustration, je le regarde furieuse, les yeux pleins de larmes... Mon dessert n’est toujours pas arrivé que je suis déjà en voiture pour rentrer chez moi... Ma voisine de table m’a vue partir en trombe... mais je m’en fiche, qu'elle dise ce que bon lui semble, si j'en avais eu le courage, je lui aurais mis mon poing dans la gueule, mais j'avais des fourmis partout dans le corps... Je me sens blessée, anéantie... et c’est encore à chaud, qu'est ce que ce sera demain, quand je réaliserais ce que je viens de vivre comme humiliation et trahison... C’est le mec à qui je viens de me confier... et qui m’a semblé si amical, si humain et finalement si blessé... en fait, c’est un détraqué ?

6 Avis sur ma vie:

Anonyme a dit…

tu écris super bien
j'attends la suite!!
ma tawelch 3lina comme d'hab!

1 juin 2011 à 11:00
Mimi a dit…

Sorry, i'm not in a good mood, but I'll try... Thank you for your support... :***

@Tous les commentateurs, plz mettez des pseudos que je reconnaisse les gens pour que je puisse leur répondre personnellement, je m'embrouille dans les anonymes :p

1 juin 2011 à 17:50
kikou a dit…

la revanche du papy!
mimi ne nous laisse pas trop attendre!

sinon bon courage
carpe diem

5 juin 2011 à 22:50
Mimi a dit…

Lol, ... Le papy, wallah bien dit... je la méritais... je dois faire avec.

6 juin 2011 à 11:03
KGF. a dit…

Accepte ce séjour, c'est juste un week end mais au lieu d'y aller, envoie D. à ta place !

6 juin 2011 à 16:39
kikou a dit…

bah oui! A chacun son trip!!!
sinon je suis impatiente de connaitre la suite de l'histoire
D a surement cherché à avoir le compte rendu de cette soirée!!!
ou je me trompe?

6 juin 2011 à 19:53