Jour 28


Aujourd’hui, avec mes frères et sœur, on a emmené Papa faire son grand kif, un déjeuner au golfe, le dimanche à midi, il y a trouvé pas mal d’amis... et de connaissances. Il faisait l’effort de se tenir correctement, de parler, de sourire... ça va mieux.

Ma mère ne s’est pas déplacée... sans se justifier.

La semaine prochaine c’est l’aïd, nous allons comme l’année dernière, aller à Mornag chez mon oncle, dans son domaine viticole, avec tous les cousins. Papa est très content de se mêler à la famille. Il fait énormément d’efforts, Maman ne se prononce pas. Elle dit qu’elle part à Paris, pour la semaine, pour faire une cure de je ne sais pas quoi... une connerie, comme d’hab. N’importe quoi... elle ferait n’importe quoi pour ne pas affronter la réalité et se rendre intéressante.

Je lui envoie un sms : « Pour l’aïd, j’irais à ta place si tu ne veux pas t’occuper de Papa, ni t’afficher devant ta famille avec un mari diminué. Tu t’es pavanée d’être sa femme pendant tellement d’années qu’au jour d’aujourd’hui, par simple gratitude, c’est ton devoir de le faire. Mais je sais que les principes ce n’est pas ton truc, ni le sien d’ailleurs, comment de mauvais époux peuvent-ils être de bons parents ?! Ce n’est sûrement pas une règle générale. »

Hier soir, j’ai appelé pour avoir des nouvelles de Rania (#Meilleure amie enceinte du mec marié qui veut pas divorcer). Elle me demande l’autorisation de revenir chez moi, puisqu’avec ses parents l’histoire n’est pas vraiment passée. Et que ça va bientôt commencer à se voir et que de ce fait ça allait devenir gênant pour sa famille.

J’accepte et quand elle me parle de loyer, je lui dis que je ne veux rien entendre, qu’elle aura besoin d’argent pour le bébé. Je suis quand même très en colère contre ce con, qui va la laisser assumer une telle décision toute seule. Mais bon, des deux côtés, j’essaie de comprendre. Elle va donc s’installer le week end après l’aïd dans la chambre que je n’ai pas touchée depuis son départ. Nous allons reprendre une vie normale. A trois :) L’idée me réjouis, même si enfanter ne me tente pas beaucoup. Heureuse que ce soit la « chose » d’une autre.

Lyès m’appelle pour me dire que le 2ème jour de l’aïd, sa mère va lui présenter la fille d’une cousine. Donc le soir où il m’en a parlé, ça se tramait déjà... :) J’attendrais de voir la « bête ».
Ma mère m’appelle pour me parler du sms. Elle me reproche tjrs mon sens de la compassion, je ne réponds qu’une chose « Tu penses que c’est tjrs toi qui en a besoin ? Hein ? Surtout en ce moment !!! Maman, me parle même pas... Je comprends pas du tout comment tu fonctionnes... »...

Très calme et détachée elle me répond : « Tu restes une énigme pour moi ma pauvre fille... (Soupir) bon, aucune excuse, ce soir tu dînes avec nous, nous avons des invités et je te prie d’être habillée correctement... et je n’accepterais aucune absence, ni aucune excuse, 21h l’apéro, je ne le répèterais pas. »

Je grinçais tellement des dents que je n’ai posé aucune question, j’ai marmonné, alors elle m’a raccroché au nez !

Cet aprèm, je fuis le bureau... mon altruisme commence à m’étouffer... en ce moment, je ne suis pas du tout braquée sur moi-même et je suis.... « Heureuse », ouaiiiis, heureuse,... et ça me fout les boules !! Je file à la salle de sport, j’ai le temps de faire deux circuits, des longueurs de piscine, je suis détendue... et j’ai même le temps de lire un livre en sirotant une tisane dans le peignoir du centre, une cliente n’est pas venue alors on me propose un massage relaxant et un brushing. Et pour ne pas faire long, à 21h, je me retrouve chez mes parents, en jean, baskets, demi -ventre et queue de cheval pour bien faire chier la reine mère...en entrant, je tombe nez à nez avec ma sœur qui me dit : « Quel classe ce mec ! » et j’arrive au salon avec un mauvais pressentiment. L’invité surprise est ....

(Roulement de tambour)

Samuel.

Read More

Merci Bib's


Son blog génial avec ses magnifiques illustrations.

http://bibz.wordpress.com/

Read More

Jour 27


J’étais à la soirée hier, D. était là. Je n’ai pas eu le moindre frisson… un inconnu, c’était un parfait inconnu… Il est venu me dire bonjour, et il a demandé des nouvelles de mon père. Il m’a dit, « Je t’ai vue dimanche à l’aéroport, j’y étais aussi, on a pris le même avion, mais j’étais en première », j’ai répondu un vulgaire « Ah bon ? » dépourvu de la moindre émotion. Le silence qui s’est installé était tellement gênant qu’il a fini par me dire « Bon, ben bonne soirée ». De toute la discussion et de toute la soirée qui a suivi, je n’ai pas croisé son regard. J’ai cette attitude quand je suis déçue ou blessée par quelqu’un. Je refuse qu’il puisse lire dans mes pensées à travers mon regard.

Avec Lyès on est rentrés à pas d’heure, on est restés avec une bande d’amis, c’était sympa. Mais je n’ai même plus le même entrain quant à fréquenter ces soirées, c’est toujours les mêmes, les mêmes gens, les mêmes discussions, mais c’est « the place to be » si on a envie de se faire des contacts. Lyès était super bourré en rentrant, et moi sevrée de mon ivresse parisienne, alors je lui ai proposé de rester dormir. J’ai l’habitude de m’occuper de lui, et d’envoyer un sms à sa maman pour la prévenir. En réalité, la maman de Lyès est la tunisoise type qui ne tolère que les bent flèn et bent feltèn, elle a longtemps voulu que son fils et moi, on se marie… et n’a jamais voulu comprendre, l’amitié intense qui nous jette l’un dans les bras de l’autre, pour se faire seulement de poutous et des calinous. C’est comme un frère Lyès, je me rappelle encore de son premier jour à la maternelle, sa mère lui avait mis ses vêtements de l’Aïd, il portait un costard cravate le pauvre, on aurait dit un serveur… Il m’a tellement fait de peine d’être la risée de ces gamins atrocement méchants… Alors depuis, c’est mon acolyte et je le chouchoute et le protège.
Complètement dans le cirage, il me raconte que sa mère commence à lui foutre la pression pour qu’il se marie maintenant qu’il a sa propre entreprise et que ses affaires roulent… mais il me confie qu’aucune fille ne plairait assez à sa mère, enfin… de celles avec lesquelles il a l’habitude de faire des 5 à 7. Comme disait un ancien bloggeur, ce sont des femmes cure dents… Il me raconte qu’il songe sincèrement la laisser choisir, une fille que personne n’aura traitée comme il a traité les filles qu’il a côtoyées, il me parle de performances sexuelles, de positions avec des noms à coucher dehors, du kamasutra qu’il a exploré de fond en comble avec à chaque page une femme différente. J’étais morte de rire, et il continuait, je veux une colombe… une jeune vierge à l’esprit pur, qui n’a jamais vu le méchant loup « et dans mon cas, le grand méchant loup » (trop modeste mon best friend). Il me dit, je ne veux pas une nana formatée, je veux une vraie vierge… pas de mensonges, pas de sutures… et il n’y a que ma mère qui peut me trouver la perle, celle qui était chez elle avec sa mère à chaque fois que sa mère leur a rendu visite.

J’éclate de rire et je lui dis : « Si je t’écoute parler, je perds l’espoir de me marier un jour… je suis une femme cure dent ? » … Il me répond : « Mais non, mais ce n’est pas pareil… tu es Mimi»

Et il s’endort… Je le couvre, et ses mots raisonnent dans ma tête parce que je sais que c’est possible qu’il en soit ainsi. C’est tout lui ça…

Je me mets sur facebook, et pas mal de monde qui était là ce soir est connecté sur la messagerie, notamment D. :
-Salut
J’hésite à répondre…
-Tu étais sublime ce soir… :) et très très froide…
Je réponds : Coucou, merci… pour les deux.
- Ecoute, je suis désolée pour Paris
- Je suis désolée aussi, je n’aurais pas du mal te répondre
- C’est pas grave je ne t’en veux pas, je sais comment tu es. Est ce qu’un jour on va pouvoir s’asseoir calmement et discuter ? Juste pour faire une petite mise au point ?
- Je ne sais pas si c’est nécessaire… je ne vois pas ce qu’on pourrait se dire.
- Franchement, moi non plus... mais tu sais juste pour rester en bons termes.
- Considère que nous avons discuté, et que nous sommes en bons termes. On efface tout et on recommence ?!
- Amis ?
- Oui, amis...
- Parfait,
- Bon, je vais me coucher... A bientôt :)

Read More