mardi, décembre 07, 2010

Jour 33


J’ai répondu à son message le lendemain en lézardant au lit après une terrible grasse matinée : « Hier le crime était presque parfait, les septs mercenaires sont montés au ciel, Aïd en famille oblige... j’espère que c’était cool pour toi... je passerais dans la journée, je veux toutes mes updates de séries... Tu rempliras le chèque... je te file mon stylo. Myriam».


Rania commence à s’installer, comme je refuse qu’elle porte du lourd, j’ai fait appel au personnel de mes parents, les « Queer », en quelques heures, sa chambre était toute agencée, et rangée. On déjeune toutes les deux brochettes de poulet et salade. Histoire de se désintoxiquer de la viande de mouton qu’on a reniflé toute la journée de la veille.


Et elle me dit : « On se regarde un film ? ».

« Tu ne vois pas ton chéri ? »

« Non, il mange avec sa femme, et il n’a pas d’excuses pour un jour aussi férié qu’aujourd’hui, d’ailleurs je n’ai pas de nouvelles depuis hier midi. Il aurait pu me proposer de m’aider, je lui ai dit que j’avançais mon déménagement à aujourd’hui. »

« Tu penses pas qu’il a trop honte de me croiser. »

« Honte ?... Il n’a pas eu honte de me faire un enfant dans le dos de sa femme... » Elle rit.


Sa sérénité me perturbe. « Je suis là ma chérie, je serais un bon père. » et je lui fais un bisou sur le front.

Je sors pour chercher un film.J’arrive en sports wear, en queue de cheval et converses, pour voir le gamin qui a agrémenté ma soirée et à qui j'ai raconté ma life.

On se dit bonjour comme si on se connaissait depuis toujours, j’ai super honte quand même de lui avoir raconté ma vie. J’engage la conversation mine de rien... sur les dernières nouveautés de films et de séries.

Il est mignon il avait déjà préparé les nouvelles saisons de toutes les séries que j’ai l’habitude de prendre.

Il me dit : « Je suis en train d’essayer d’établir ton profil psychologique. Je tire des conclusions sur la personnalité de mes habitués à travers leurs choix de films, mais je n’y arrive pas... »


« Laisse tomber, je suis tarée... Je ne regarde pas de films avec des meurtres parce que j’en ai déjà commis un... et je ne regarde pas les films de fillasses parce que mon plus grand regret dans la vie est d’en être une. Je ne regarde pas les films « propres sur eux » parce que c’est un leurre et que la vraie vie est un vrai bordel. C’est pour ça qu’en général, je ne prends que des films ou séries de psychopathes, d’obsédés sexuels et de perturbés sexuels qui se cherchent... disons que d’un point du vue purement psychologique, j’aime bien les gens qui se cherchent sexuellement dans la vie... parce que le plus grand dilemme de l’existence est bien le sexe. »


Il me regarde, la bouche ouverte. J’ai l’air tellement sérieuse... Il ne sait pas s’il doit me croire, me prendre au pied de la lettre, ou s’il avait envie de me prendre au pied de son lit... Il a l’air d’être pas mal perturbé. Je suis morte de rire intérieurement mais je garde mon sérieux.

Il se reprend : « Si tu le dis... faudrait approfondir ta réflexion... » Et je confirme : « Et c’est là que tu me proposes un verre, un dîner et qu’ensuite tu iras narguer le mec d’en face (celui qui vend des posters),..., en lui disant j’ai dîné, bu avec elle... sous entendant, j’ai (ou je vais) coucher avec elle. Et c’est là que je te dis : ‘Ben tu vois... la vie tout entière est une question de sexe !!! T’as bien raison !...’ »J’éclate de rire... le mec est décomposé... Il ne sait pas s’il doit rire.


« Bon, ce sera tout pour moi, je prends juste un navet remplie de larmes et de fringues bling bling, pour ma copine et colocataire, enceinte d’un homme marié avec une autre... encore une preuve.... le sexe ! Le sexe ! Le sexe !... T’en pense quoi ? »

« .... de l’histoire de ta copine ?... »

« Non... de quel navet je prends... »

« Ah ? » Franchement, il avait l’air con. Je suis morte de rire dans son dos... « Hanté par ses ex » c’est le nom du navet... parfaitement dans le concept.

« Merci heu... Skander ?... oui... Merci Skan... »Je paie (en liquide, cette fois), je le sens déçu et je sors. Je l’entends dire « Salut » une fois que j’avais quitté les lieux, il doit me prendre pour une détraquée... mais j’avais envie de me faire un petit trip pour délirer, et lui éviter de se faire des films.


J’arrive à la maison... contente de partager ce moment avec Rania, elle m’avait manqué tout ce temps. Je suis heureuse d’avoir une jolie chose à vivre avec elle. J’entre à la maison, elle n’a pas bougé, là où je l’ai laissée. Mais elle est en larmes... le regard perdu dans le vide. Elle essaie de me parler et se tient le ventre, mais elle n’y arrive pas, je cours vers elle... dans cette fraction de seconde, je m’imagine le pire, ‘ elle a perdu le bébé ?? ‘.

Mais en trente minutes, ce n’est pas possible... Je cours vers elle « Tu as mal ? », elle fait non de la tête... et je me dis qu’il a peut être rompu ce salaud, il a détalé... il l’a jetée... et j’essaie de la faire parler « Qu’est ce qu’il y a ma chérie... ?? Parle-moi s’il te plaît ».

Je la regarde complètement étouffée, impossible de sortir un son, elle inspirait violemment comme si elle cherchait de l’oxygène qui se faisait si rare... Les larmes montent... parce que chaque seconde qui passe je comprends qu’une chose très grave a du arriver et qu’elle n’arrive pas à me parler... Je n’arrive pas à imaginer ce qui pourrait la mettre dans un état pareil. « Calme toi, Rania... essaie de respirer... ». Elle pleure bruyamment, et elle finit par hurler : « Il est mort».

Je suis sous le choc, un fourmillement parcoure mes veines, et je me raidis complètement, et je n’arrive pas à imaginer de qui il s’agit, c’est le black out dans mes pensées... Papa, c’est Papa qui est mort ?.... Je fonds en larmes mais je ne peux pas y croire... et une lueur d’espoir me pousse à hurler :« Qui est mort, ... qui? »

Elle ne peut pas émettre de mots, elle se limite à des hurlements...

« Le bébé ? »

« Ton père ? »

Elle hoche la tête pour dire non... elle se tord de douleur et finit par se jeter par terre...

et elle crie : « Non, c’est le père du bébé qui mort ».

4 Avis sur ma vie:

bib's a dit…

baaaaaaaaaaaaam la pauvre ... c'est trop bizarre ... comme d'hab à la fin d'un épisode d'une série, je suis méga frustré de ne pas connaître la suite ...

7 décembre 2010 à 13:32
lallouta a dit…

putain...c'est vraiment un film ta vie!!! hâte de connaître la suite (même si elle n'a pas l'air très joyeuse)
bon courage à ta copine

7 décembre 2010 à 14:58
A. a dit…

ohhhhhhhhhhhh c'est trop triste :((((

8 décembre 2010 à 00:48
assyl a dit…

A propos de sexe, tu connais les livres de Pascal Quignard: "le sexe et l'effroi" et "la nuit sexuelle". Il dit à peu près ça: "Je n'étais pas là la nuit ou j'ai été conçu... C'est la seule image qui en réalité nous manque, notre origine, nous ne faisons que la chercher toute notre vie; et cette image est...sexuelle."

8 décembre 2010 à 19:44