jeudi, août 19, 2010

Jour 4

Je n’arrive plus à écrire de toutes les façons, et ça depuis que je le connais... Moi, ne pouvant pas écrire, c’est un peu comme lui ne pouvant plus bander ! C’est bien ce que j’ai compris de ses paroles en recevant « Tu es une femme tellement castratrice, je dois avec des problèmes d’Œdipe, tu me rappelles ma mère ».
Au vue de nos dialogues en ce moment, je pense qu’il est déchiré la plupart du temps ! Je ne veux faire aucune remarque... Je l’aime... mais ça me fait si mal.
« C’est en embrassant les autres pour essayer de t’oublier que je me rends compte que tu embrasses comme une déesse » Mercredi-03 :22.
J’essaie de me rassurer en regardant les commentaires des personnes affiliées à ma page fan, et ils veulent tous me persuader que je suis une bombe et qu’ils ont des orgasmes rien qu’en me lisant. « Me lire » ça n’a pas une connotation sexuelle ?... dis comme ça...
Je ne sais pas quand j’aurai fini cette petite guéguerre avec ce mec, je l’aime autant que je le déteste, il est mon meilleur ennemi, on se désire mais on ne fait que se frustrer... c’est l’apocalypse et chaque fait, chaque geste a un effet chaotique, et a pour but de blesser, d’anéantir.
Il écoute mes angoisses, les prends, les remodèles, me les re-balance à la gueule en stimulant en moi un raz de marée de questions sans réponses, qui me plonge dans le noir intersidéral de mon âme... et c’est ça l’amour ?
- Ça ne sert pas à rien, c’est de la masturbation mentale... (C’est tout ce qu’il a trouvé à me dire)
Je reste silencieuse et sournoise comme à mon habitude, préparant ce plan B sanglant, pour lequel il devra serrez les fesses pour ne pas avoir très mal.
Je ne peux pas ne pas riposter face à ce black out qu’il a provoqué et qui me laisse errer comme une folle échappée d’un asile, qui entend des voix, les voix de son âme torturée. Ça sert à que dalle tout ça au final.
Je suis une prétentieuse et narcissique,... mais si toi, après ce qu’on a vécu tu y crois encore, c’est qu’alors tu es le con, ..., le blaireau de l’histoire.
Tu veux toujours avoir le dernier mot ?
- Je veux.

4 Avis sur ma vie:

coeos a dit…

preum's... comme disent les bloggeurs des temps modernes!

je dois dire que j'ai perdu le fil de l'histoire depuis longtemps... mais je confirme: "TE lire"... ah ça oui...ça a de toujours de l'effet.

Sérieusement, très belle plume :) Bonne continuation.

23 août 2010 à 15:09
Mimi a dit…

Merci... :)

1 septembre 2010 à 11:30
Jihen a dit…

J'adore ton blog.
Et oui l'amour assèche la plume dans un deuxième temps.
Pour moi, en premier temps, je lui écrivais des poèmes déclarant ma flamme, après j'ai cessé d'écrire un long long moment submergée par le bonheur et stoppant toute faculté de réflexion, maintenant, trois ans après je retrouve petit à petit gout de l'écriture. J'arrive à meubler une page blanche avec un quotidien aussi délicieux qu'étrange dans sa normalité absolue.

7 septembre 2010 à 12:06
Mimi a dit…

Merci, je pense que ça finira par passer, la souffrance m'inspire. Ce bonheur me faisait juste relater des faits, avec poésie. La souffrance me fait sortir les tripes. Finalement, je ne sais pas ce que je préfère.

7 septembre 2010 à 13:16