Qu'est ce qui te tient éveillée toute la nuit?


La nuit d’hier était plutôt courte. C’était une nuit « Le retour des people ». Je n’ai pas de séance unique et je travaille s arrêt. Je termine le boulot à 19h, je n’ai rien mangé depuis la veille... si ce jus de chaussette du bureau, ce café imbuvable... Je maigris à vu d’œil... mes placards s’emplissent de tailles de plus en plus dégressives, je fais du 34 pour certains vêtements. Pour un abonnement en salle de sport qui me coûte 1000 dt, c’est la moindre des choses. Ce n’est pas le sujet, après avoir pris rendez vous avec Adnen (#coiffeur) je téléphone en route... pour être sûr de ne pas attendre. Il ne manquerait plus que ça, ..., que je fasse la queue.
Je rentre chez mes parents vers 20h30. Je dois jeter un coup d’œil au chantier... un œil qui durera une bonne heure. Les travaux n’avancent pas comme je voudrais. Je suis en train de construire une baraque à mon âge. 30 ans, et je suis mon propre promoteur immobilier, puisqu’il me semble que j’ai le monopole du goût. Au bord de l’évanouissement, je mange des petites poires avant de jeter violemment le couteau dans le plateau en argent et de me lever d’un bond, histoire que ma mère comprenne qu’elle n’arrivera pas à me convaincre. (Je préfère taire le sujet #ridicule).
J’ai enfilé une robe qui « break the rules » de la classe... trop courte et trop décolletée ! Mais je m’en fiche, « qui a créé les normes ? » (Phrase préférée de D., il me manque !)
Je suis fatiguée de me voir comme ça, par moment je me dis que je suis bonne à interner. Internée dans un endroit où les visites sont interdites, des semaines sans hypocrites, sans lèche-culs, sans curieux... et sans même ma mère qui ne supporte pas les odeurs de cliniques...
On ajouterait « Folle » à mon tableau de critiques, un cran au dessus de dépressive qu’on m’attribue déjà depuis un moment... les plus « perspicaces » mettent ça sur le dos de ma consommation excessive de rails de coke enfilés dans les toilettes des boîtes de nuit. Je souffre de rhinite allergique, snifer me tuerait je pense et je ressortirais tout au premier éternuement, d’autant plus que je suis totalement hypocondriaque et maniaque, je ne bois même pas de peur d’empoisonner mon corps. Bref, j’ai les miroirs parce que je suis narcissique et les cartes de crédit parce que je suis riche, mais je ne m’en sers jamais en même temps.
Bon, chasse tes idées noires poupées, Oooh, on dirait une poufiasse sapée comme ça... allez enfile tes Sergio Rossi (#shoes) et sors ! Je prends la route pour Hammamet en écoutant « Attention Whore » (find Lyrics on myposterous)comme bruit de fond, histoire de se mettre en condition, avec Lyès comme compagnon de soirée. J’ai dit bonjour et fait des arabesques jusqu’à 5h du mat’, perchée sur 12 cm de talons. Danser sur de la trance avec des inconnus, ou si peu connus avec qui j’ai échangé si peu de mots au final et et un nombre incommensurable de numéros de tel qui se traduiront par des contacts professionnels ou d’échanges de bons procédés, discuté pendant les chansons niaises de Ragheb Alama, décroché un rendez vous professionnel pour une ligne de bijoux ! La Khomsa (#Main de Fatma) est à l’honneur tous les créateurs s’en inspire. Retrouvé un ex qui me propose un remake le temps d’une grasse mat’, il m’a fait rire et me fait pitié en même temps. Ce qu’on peut être jeune et con... « Un jour quand je serais une cougar... peut être, ne change pas de numéro ». J’ai cherché D. des yeux toute la soirée, sans résultat... Je n’ai rien avalé, ni bu de la soirée... J’ai mal au pied, et le jour se lève, il faut que je retrouve Lyès bourré en train sûrement de s’enfiler une poufiasse. Ah, non... il est avec Alia, sa forever « it’s complicated » ex. Il est tellement bourré, que toute la route vers Tunis, il va pleurnicher en disant qu’il l’aime, qu’il m’aime mais qu’il est un éternel incompris, victime de sa beauté et de sa richesse qu’il finit par détester, par se détester, par la détester, par détester la vie... et va finir, comme d’habitude endormi, la tête qui pend par la fenêtre pour ne pas vomir. J’arrive chez moi après l’avoir déposé chez lui, comme un tas de ...(#imagine ce que tu veux) et je suis rentrée chez moi à 7h du matin. Une douche, une tête qui hurle des idées noires qui se bousculent... je veux dormir et je veux que ça s’arrête. Mon rendez vous de 9h me permet à peine d’aller prendre un café chez mon papi, ça me requinque. Je veux dormir.

Read More

Attention whore (Mellefressh vs Deadmau5)


I'm the one with velvet lips
I'm the one with perfect hips
I'm the one with big brown eyes
I'm the one that sees your lies
I'm the one with nonstop legs
I'm the one who never begs
I'm the one that spins the decks
I'm the one who gives the sex

I'm the one you're looking for
Cuz I'm a big attention whore
I'm the one that you adore
Cuz I'm a big attention whore
I'm the one you're looking for
Cuz I'm a big attention whore
I'm the one that you adore
Cuz I'm a big attention whore (attention whore)

I'm the one that's so delicious
I'm the one that's really vicious
I'm the one that's always seen
I'm the one who's your wet dreams (oh baby)
I'm the one they call "the bitch"
I'm the one who'll make you rich
I'm the one that rolls the skirt
I'm the one who makes you hurt

I'm the one you're looking for
Cuz I'm a big attention whore
I'm the one that you adore
Cuz I'm a big attention whore
I'm the one you're looking for
Cuz I'm a big attention whore
I'm the one that you adore
Cuz I'm a big attention whore (attention whore)

I'm the one that's in the know
I'm the one that steals the show
I'm the one that drives the car
I'm the one that set the bar
I'm the one that goes for days
I'm the one that gets the praise
I'm the one that's really sweet
I'm the one that brings the heat (brings the heat)

I'm the one you're looking for
Cuz I'm a big attention whore
I'm the one that you adore
Cuz I'm a big attention whore
I'm the one you're looking for
Cuz I'm a big attention whore
I'm the one that you adore
Cuz I'm a big attention whore (attention whore)

Read More

Fuck You :)

Read More

Jour 2

Il me reprend ce tournis, il me manque... Il laisse un grand vide dans ma vie. J’ai ce sentiment mitigé, de vouloir sauter dans ses bras en pleurs VS. lui faire un mal fou, jouer avec ses sentiments, détruire son univers.

Mais je ne me sens pas assez forte pour jouer à risquer de brûler mes ailes, ... ou d’ailleurs risquer de le perdre. Je l’haine...

Pendant ce temps, l’alien que je suis continue de travailler 10h par jour, ne pas manger, maigrir à vue d’œil, porter des vêtements de plus en plus court, courir de plus en plus vite sur mon tapis de courses, et dormir de moins en moins, de réunion de travail en dîner d’affaires, en terminant mes nuits au Blanko avec un tas de jeunes étudiants qui me draguent, pensant que j’ai leur âge. Je me sens un peu comme à Cougar Town, mais un peu de vigueur et de fougue dans un monde si monotone. Je ne suis pas complètement contre, ça m’occupe et me fait oublier .... Qu’il me manque.

Read More

Bon ce soir, je bouge pas...






Ce soir, je ne bouge pas… C’est l’horreur, je me sens complètement étouffée. Je ne peux même pas parler, l’angoisse me donne des frissons dans la poitrine, j’ai la langue collée au palais. J’ai décidé de m’enfermer, je ne bouge pas. Tout le monde va au #Blanko, les sms fusent, je suis incapable de me déshabiller … et de me rhabiller en « Casual ». La seule chose que j’ai envie d’enlever ce soir, c’est mon masque. Je ne sais pas ce que je vais faire entre 20h et l’épuisement.

Lire ? En ce moment, je lis « L’ombre du vent », bien qu’il m’est été offert par une de mes meilleures amies, ce livre m’angoisse, parce qu’il s’avère à la page 44, présager qu’il s’agit d’une œuvre pleine d’émotions et d’amour.

Regarder un DVD ? en ce moment, mon trip c’est « Glee »

Ça a l’air nul et puéril comme ça, mais pour quelqu’un qui a dévoré Desperate Housewives et Gossip Girl, Lie to me, Damages, How I met your mother… (je suis #insomniaque), je la trouve nettemment meilleure cette série. Elle est légère et sympathique, du son, des belles voix… Je vous invite à découvrir…

Ou dans un tout autre registre plus « quarantenaire », Cougar town… (un peu mieux que Dirt, la prestation de Courtney Cox)


En me faisant les ongles? J’aurais largement le temps… alors j’opte pour un truc délirant, prenant, et complètement inutile…que je m’enlèverais avant d’aller travailler le lendemain.

Bon, j’aimerais avoir du boulot à trimballer à la maison, ou une famille chez qui squatter quand tu t’ennuies. Mais je risque de me prendre la tête avec ma mère en 5 minutes, ou de ne trouver personne pour s’asseoir avec moi, le temps d’une citronnade (au citron vert et sucre vanille).

Bon, prendre la voiture et atterrir quelque part. Des sushis pour le diner ?

Read More

Look of the week #3

Cliquer pour voir en taille réelle.

Read More

Nouvelle résolution, Jour 1

Follow my blog with bloglovin

A partir d’aujourd’hui, je limite mes articles à une vingtaine de lignes... parce qu’écrire me fait du bien, et que je n’aime manifestement pas me faire du bien.
Etre avec ou sans lui... là est la grande question ? Pour éviter d’écouter ma tête qui me parle, je m’occupe. Je rentre à peine du dîner le plus futile de ma vie... et je n’ai certainement pas envie de me retrouver seule avec moi-même. L’appeler ? Je sais qu’il n’attend que ça... M’endormir ? Pas tant que je ne suis pas morte d’épuisement. Je jubile de fatiguer mon corps... mais ça le rend si beau... Je m’endormirais quand je ne pourrais plus faire autre chose. Mais l’appeler pour lui dire quoi ?... Mon Dieu ce que ce silence est pesant. Je ne supporte pas rester dans une maison vide. Mon amie, coloc, témoin m’a quittée...
SMS@Rania: la maison est vide sans toi, je m’apprête à faire une bêtise plutôt que de me taper un délire avec toi ou de pleurer dans tes bras.
SMSfromRania : après un coup entre deux portes, il est retourné dormir auprès de sa femme. On sort marcher ?
SMS@Rania: au bord de l’eau ? Je t’attends en bas.
Pleurer en silence à deux au bord de l’eau, c’est toujours mieux que d’être seul. Elle m’a fait du mal en partant de la maison, mais je l’ai poussée... mais il n’y qu’avec elle que je partage ma peine sans dire un mot.

Read More

Quand Mimi craque pour les histoires impossibles, this is the end

Notre histoire s’est étoffée. Aujourd’hui ça fait bien 4 mois que nous sommes ensemble... Je vis seule chez moi depuis que Rania est partie, mais depuis que D. est dans ma vie, je n’ai pas ressenti la solitude. Je suis sois chez moi, sois chez lui.
Je n’ai plus de mal à répondre « oui, moi aussi » quand il me dit qu’il m’aime, ou « bien sûr que je t’aime » à la question « tu m’aimes ? ».Mais est ce que je l’aime ? Suffisamment pour pouvoir le lui dire par moi-même.
J’ai l’impression d’être celle qui retient une porte prête à s’écrouler sur elle, tellement l’amas d’amour est en train de pousser pour entrer.
Nous venons de rentrer de Rome, où il m’a invitée à passer mon anniversaire. C’était magnifique, tout va pour le mieux.
Mais je prie et je demande à Dieu, de m’envoyer des signes « Dis-moi juste qu’il est le bon que je puisse m’en assurer et commencer à me laisser aller. Mon Dieu je commence à être fatiguée de lutter contre moi-même par peur de la souffrance »
Je lui donnerais le bon Dieu sans confession par moment, et par moments la seule chose dont j’ai envie c’est de partir en courant.
Aujourd’hui l’épisode est très simple, il s’agit de son passé encombrant.
J’ai bien entendu de Sophie, Alia, Sana, Amina, Sabrina... et il y en a encore sûrement d’autres.
Il parle d’elles, il n’a aucun mal à me parler de leurs travers comportementaux ou sexuels. Ça m’avait alerté à l’époque où je l’ai connu. Mais il a tellement insisté sur le fait qu’avec moi c’est différent !! Je ne suis pas le genre à croire au fait d’être différente. Mais je me suis dit, je vais l’amadouer et changer ses sales manies.
Après m’avoir annoncé qu’il habitait avec son ex... Je me mets à vouloir écouter leurs versions des faits. La version des ex sur ses travers comportementaux ou sexuels. Et oui, chacun son tour !
Je sais, je sais, ça fait très fille désespérée comme comportement. Mais quand on a fait les frais de maints et maints manipulateurs, dans la famille et les amis... On chercher à tous prix à regarder de plus près l’opinion publique, avant de se faire sa propre opinion.
Finalement, je pense que ce n’est pas l’opinion publique qui importe, mais d’entendre les problèmes rencontrés par les autres pourrait peut être m’ouvrir les yeux sur quelques travers latents que je m’obstine à ne pas voir. La version des ex me ferait gagner du temps ou de l’énergie.
Je me déteste de parler comme ça. Mais si j’ai décidé d’écrire c’est clairement pour me trahir, je vous l’ai dit je me déteste. Je payais une fortune une psy qui m’a juste appris à sortir mes plus horribles pensées. J’en ai dit des choses sur mes parents, mes frères et sœur.
Allons droit au but, son passé encombrant disais-je….
Celle qui puait, celle qui chiait, celle qui l’a abandonné et celle qui l’a manipulé…
En général et quand je n’ai pas tous les éléments en mains, et surtout quand je ne suis pas impliquée, je ne juge pas ni les gens, ni les situations.
J’avais écouté et cru et ai même eu pitié de lui lorsqu’il m’a dit de l’une d’entre elles « elle fouillait mes affaires, à débarqué de son pays sans prévenir, à forcé la porte de chez moi et à même ramené un autre homme pour coucher avec lui dans mon lit... »
Les choses qui me dégoutent me mettent au moins dans cet état incompréhensible... je sais... c incompréhensible.
Il est temps que je fasse une rétrospective de tout ce que je lui reproche, dont je n’ai jamais parlé ici, et les choses dont je n’arrive pas à passer outre.
Je n’ai pas confiance en lui, j’ai tout le temps l’impression qu’il me cache plein de choses... qu’il ment et qu’il essaie de me manipuler en se faisant passer pour quelqu’un qu’il n’est pas. Voilà des mois que je suis sur mes gardes, que je me méfie de chaque coup de téléphone où il ne décroche pas quand je suis là, quand il répond de manière floue à mes questions, quand il reçoit Maram, Nadia, Manel ou toutes les autres chez lui, pour du « boulot »... Il m’a déjà caché la cohabitation avec son ex (si elle est son ex...) Plus rien ne m’étonne... et parmi toutes ces « friend requests »... Il doit bien s’échanger des messages MP ou sur messagerie avec toutes ses filles qui veulent « se lancer » dans le show biz en passant par la case « tremplin ».
Finalement, je ne suis ni du style jalouse et possessive, ni du style paranoïaque mais par moment, je pense que ça devient impératif de bien ouvrir les yeux.
Alors, je me mets à prospecter du côté de ses ex tunisiennes, et les infos, ne tardent pas à tomber comme une douce pluie de révélations tout aussi croustillantes et effrayantes.
Il a été avec une seule fille pendant 5 ans, il est souvent sorti avec des étrangères rencontrées sur le net, et n’a pas hésité à prendre des billets d’avions et débarquer chez elles, pendant qu’il était avec certaines de ses ex, elles lui ont servi de visa pour l’étranger, d’associées, de banquier et de prêteur sur gage d’affection.
Monsieur Œdipe a l’habitude de se faire assister par ses femmes de tous âges, de tous niveaux et de toutes nationalités, avec ou sans enfants, avec ou sans engagements, pour des H24 ou des petits 5 à 7…
Je suis dans une panique indescriptible, elle a parlé de mensonge et de cachotteries... Le temps s’est arrêté l’espace de quelques secondes où je me revoyais déjà repartir dans la souffrance, ce sentiment si familier et les remords d’avoir essayé dans sortir croyant enfin que le bonheur existe.
Là, je me remonte les bretelles, parce que je ne peux pas être une telle abrutie. Ne pas voir tout ça ? Bon, comme ça c’est dit, merci beaucoup mais...
« Tu sais, moi... j’en fais pas l’homme de ma vie, c’est juste une relation avec laquelle je prends du plaisir, je l’apprécie et pour le moment, je n’ai rien vu de dangereux. L’ex de Londres, je suis au courant. Le mensonge, je le soupçonne de mentir et je suis tjrs à l’affut du moindre faux pas, quant à la paranoïa, je sais que ça me rendrait malade, je me contente de penser que tout cela ne m’impressionne pas. Et s’il a tant de succès avec des jeunes écervelées qu’il y aille... A moins que ce soit un vrai psychopathe, et là je préfère que m’en rendre compte... pour le reste ce n’est qu’un début de relation ordinaire, dans laquelle il devra faire ses preuves, sinon... exit ! »
Les recommandations sont claires, « Ouvre les yeux, soit méfiante»...
Si je ne lui en parle pas, je pense que je suis capable de le quitter. Est-ce une bonne solution de le quitter dans explications alors qu’on pourrait lui tirer les vers du nez, ou à défaut scruter son regard fuyant pour comprendre qu’il ment.
Il se réveille, il est midi, comme chaque « matin » il se connecte directement sur la messagerie qu’on puisse parler si je suis au bureau. « Bonjour ma chérie »
Une bataille à l’intérieur de moi... c’est le mot, une bataille... je suis complètement effondrée... Je vois la fin... Je ne peux pas supporter ce stress.
Suite à une longue conversation téléphonique où il a parfaitement défendu son point de vue en me disant « J’en suis pas fier, mais c’est mon passé, je ne peux pas le changer et je ne comprends pas pourquoi tu veux que je me justifie ?! »
J’ai compris que je ne lui fais pas confiance, et ne lui ferais jamais confiance. « Je préfère m’arrêter là ». C’est tout ce que je dirais. Cela dis, je me suis tus parce que je n’avais pas envie de tomber dans le cliché de la petite amie « Normale », ce n’est tellement pas moi... je n’ai rien dit. Mais angoisses les plus violentes ont resurgit, j’aurais pu tomber dans mes excès passés ce soir là, si je ne m’étais pas retenue. Je n’avais rien à faire dans ce plan... heureusement que ma main jouait le rôle d’essuie glaces, parce que mes larmes d’angoisses, et ma haine auraient pu me couter ma vie

Read More