Jour 2

M. me rend malade… Il me fait (volontairement ou involontairement) de la provoc’.
La provoc’ pourrait être involontaire ?
Je suis allée à ma séance de psychanalyse hier…
Elle m’a fait polémiquer sur le paradoxe souffrance/Amour…
Pourquoi l’amour dans la souffrance, alors que si ça se trouve… quand tout va bien, quand la personne s’offre sur un plateau… Je trouve ça trop facile, conventionnel, voire ennuyeux…
Aurais-je un problème de définition de l’amour ?
Une confusion entre amour et souffrance ?
Je suis maso ?
Pourquoi tant de souffrance… et pourquoi il me semble que je vais me rendre compte après autant d’années que ma définition de l’amour est fausse…
Déjà pour savoir si elle est vraie ou fausse, il faudrait que j’arrive à la cerner…
D’ailleurs, du coup, avec du recul je me demande, si un jour j’ai aimé ? Est-ce cette attirance, cet échange momentané qui apporte son lot de déception, parce qu’on a idéalisé une personne… qui n’avait rien d’un idéal… et ensuite, la rupture et l’étape ultime de la souffrance, ensemble représentent l’amour ?
En pleine introspection, si je n’ai pas passé ma vie à chercher et à essayer de temporiser cette souffrance… toujours attirée par ceux qu’il ne fallait pas… dont M. ceux qui ne peuvent pas m’apporter autre chose que de la déception ?!
Est-ce que le problème vient de moi ?

Read More